Third Type Tapes - 18_10



Third Type Tapes est un label de cassettes né en 2012.
A l'heure de la diffusion universelle et instantanée de la musique digitalisée, tous les supports physiques sont sur un pied d'égalité, chacun valant pour ses spécificités (bonnes et mauvaises). Third type tapes a choisi la cassette comme médium privilégié autant pour son excellent rapport taille/quantité de musique/robustesse/prix que pour sa personnalité sonore.
Cette tournée rassemble avant tout quelques artistes dont les sorties ont marqué la fraîche histoire du label. Ils pratiquent chacun à leur manière et selon leur personnalité une musique sale et entêtante, à la frontière entre le primitivisme et la science-fiction, la transe et l'expérimentation, la finesse et la brutalité.
Ce sera aussi l'occasion de se procurer les productions du label !
http://www.thirdtypetapes.com/
 
DJ Die Soon
Venu des profondeurs de la scène hip-hop indépendante, d'abord au Japon puis à Londres où il a affirmé son style avec d'innombrables mixes, Dj Die Soon officie aujourd'hui autant grâce à son crayon qu'à l'aide de quelques sampleurs et pédales d'effets.
Comme ses dessins et bandes dessinées, sa musique minimaliste et répétitive reflète un univers désolé et malade, traversé par des yokaïs monstrueux et des démons menaçants. L'étonnante alchimie entre les beats abîmés et les ambiances inquiétantes évoquent le sens de la boucle de Dj Krush et les vieux films d'horreur japonais.
https://soundcloud.com/djdiesoon
http://djdiesoon.tumblr.com/
https://vimeo.com/88461070

c_c
Inspiré par le dub radical, la jungle crasseuse, le breakcore fracassé et les cérémonies de transe en général, c_c a développé une approche délibérément brute et bruitiste de la production comme du live. Testant constamment les limites de son matériel au bord de l’implosion (des processeurs d’effets aux tables de mixage en passant par les lecteurs K7), il invente la bande son d’un monde dancefloor post-nucléaire ; ses palpitations, ses murmures électriques, ses accidents sonores.
Breakbeats sauvages, convulsions rythmiques et liens Tempo, un chaos impeccablement sous contrôle au service de la piste de danse.
https://soundcloud.com/c_c
https://www.youtube.com/watch?v=ei3KoBGvLj0


Ripit
Nicolas Esterle a d'abord tâté de la guitare dans un groupe de black métal, avant de basculer dans la musique électronique extrême en 1998. Sa pratique musicale a sans cesse évolué depuis lors, ses nombreuses sorties disséminées sur des dizaines de labels oscillant entre bruitisme, breakcore, hip-hop, country, dub, grindcore digital, etc... Il est aussi membre des Solar Skeletons (avec Tzii) et de Fujako (avec HHY). En concert, il utilise des synthétiseurs modulaires, des boîtes à rythmes et des tables de mixage branchées sur elle-mêmes pour créer une musique acide et dansante, qui plonge l'auditoire dans un magma de textures électriques entre références au dancefloor et brouillard magnétique.
https://soundcloud.com/ripit


Exoterrism
Fugitif chinois, ex-shaolin camouflé sous le nom d'Exoterrism, Fan Yau est passé maître dans l'art de faire jaillir d'énormes basses, des rythmes et des textures digitales, de traitements informatiques algorithmiques et de fonctions chaotiques, qu'il programme en direct. Jouant des erreurs, il pervertit et sublime à la fois la rigueur du langage informatique pour générer une musique abrupte, imprévisible et terriblement physique.
Fasciné par l'ésotérisme, il conçoit ses lignes de codes comme des clés pour ressentir, lors d'hallucinations à court terme, les ponts qui existent entre la pensée rationnelle scientifique et notre existence d'êtres spirituels évoluant dans l'univers.
https://soundcloud.com/exoterrism

6.R.M.E
Yann Lefeuvre a commencé à manipuler les platines et les instruments électroniques au milieu des années 90. Après la techno et le hardcore, il est retourné à son premier amour : le hip-hop, au début des années 2000, sous le nom de 6.R.M.E.
N'ayant pas de dispositif figé, il est toujours à la recherche d'échantillons pour nourrir ses machines et expérimente sans cesse de nouvelles techniques pour les altérer. Grooves entêtants, basses profondes et distorsions brutales : pour ce bricoleur minutieux, tout est bon pour parvenir à sa version personnelle et variée d'un abstract hip-hop sombre et abrasif.
https://soundcloud.com/6-r-m-e
https://www.youtube.com/watch?v=CRMClVyhtLM
 

Prix libre autoritaire : 3€ minimum
Start : 20h00

le diamant d'or est un lieu privé dont l'accès est réservé à ses adhérents.